Projet de documentation de l’état de santé actuel et des inégalités d’accès à la santé des populations jeunes et étudiantes en France

Porté par Pr Corinne Alberti (MD,PhD) et Enora Le Roux (PhD) au sein de l’équipe Inserm 1123 ECEVE

1. Contexte

Cette étude, développée en réponse au projet de la Fondation Roche,  vise à obtenir une vision détaillée de la situation sanitaire des jeunes de 18 à 25 ans et des étudiants en France, avec pour objectif  de connaître leur état de santé, leurs éventuels besoins de santé non couverts, les potentielles inégalités d’accès aux soins les touchant et les dispositifs sanitaires existants. Les résultats de l’étude doivent fournir une aide à la décision pour la sélection de projets pertinents et originaux à mener dans ce domaine.

2. Méthode 

Pour répondre à cet objectif, une revue systématique de la littérature publiée entre 2010 et 2016 et des investigations auprès d’experts du domaine ont été réalisées. L’analyse a porté sur 26 articles scientifiques retenus et 12 entretiens semi-structurés d’experts disposant de connaissances et d’expériences en santé leur permettant d’être aux faits des inégalités de santé touchant les jeunes et/ou les étudiants de France. Ces deux types d’investigation (entretiens menés auprès d’experts du domaine et extraction d’information de la littérature) ont été menées en parallèle.

3. Résultats 

D’un point de vue général, l’enquête menée dans la littérature comme celle menée auprès des acteurs de terrain est concordante avec le constat d’une bonne santé générale des jeunes et des étudiants.

  • Les données du baromètre santé jeunes rapportent en effet que 96 % des jeunes de 15 à 30 ans se déclarent en bonne santé

  • La moitié d’entre eux considère même que leur santé est excellente (48 %), bien que ces perceptions tendent à diminuer avec l’avancée dans les années : 59,5 % des 15-19 ans se disent en excellente santé, alors que les 20-25 ans ne sont plus que 45 % à avoir cette opinion. (Beck, 2013). 

  • Les défis en matière de santé dans cette population se posent davantage sur les comportements de santé : alors qu’avant 15 ans, les adolescents restent au stade de l’expérimentation, entre 15 et 30 ans, de nombreuses habitudes - bonnes ou mauvaises -peuvent s’ancrer et perdurer à l’âge adulte. En effet au sein de la population générale, les données du Baromètre santé 2010 montrent que les jeunes de 15-30 ans sont les plus nombreux à fumer (44,0 % de fumeurs, dont 36,1 % de fumeurs quotidiens). 

  • Ils se distinguent aussi par des consommations d’alcool moins régulières mais plus excessives et les consommations régulières, combinant cannabis et drogues licites (tabac-cannabis ou tabac-alcool-cannabis), culminent entre 20 et 25 ans. Outre les comportements de consommation, les 18-25 ans se distinguent également du reste de la population générale par leur profil de santé mentale et de recours aux soins. (Beck, 2013).

Ces constats effectués par le baromètre santé 2010 de l’INPES ont été étayés par les propos des experts interrogés. En effet l’expert interrogé au sein de la LMDE admet que globalement les étudiants sont en bonne  santé, avec une bonne perception de leur santé mais on constate dans cette population un renoncement aux soins important.

L’expert interrogé au sein de de l’Espace Santé Jeunes de Bordeaux évoque les axes à développer dans leurs programmes santé : santé mentale, santé sexuelle, recours aux soins et usage de substances psychoactives dans des contextes étudiants. Il faut mentionner également l’âge charnière de 23-25 ans, celui où l’on observe les fragilités les plus importantes en termes de santé, sociales et économiques, quand se fait le passage de la dépendance familiale à la dépendance salariale selon l’expert de l’ OVE.

Parmi les différentes populations de jeunes, certaines ont été identifiées comme particulièrement vulnérables à savoir 1) parmi les étudiants : les étudiants étrangers, les décohabitants (ayant quitté le domicile familial), ceux d’origine sociale modeste et 2) ceux qui ne sont pas étudiants : déscolarisés ou en insertion, chômeurs et sans domicile. Cette catégorie est peu étudiée dans la littérature et ces jeunes vulnérables ne placent pas la santé comme une priorité et sont donc plus enclins à renoncer aux soins et aux dépistages (HIV…).

4. Le rapport

Cinq thématiques principales ressortent de l’étude Inserm :

  • la santé mentale

  • le recours aux soins

  • la consommation de substances

  • la vaccination et 

  • la santé sexuelle.

Découvrir le rapport complet de l’Inserm sur la santé des jeunes et des étudiants

Découvrir la synthèse du rapport complet de l’Inserm sur la santé des jeunes et des étudiants