La maladie chronique : définition

Pour les experts de l’OMS, les maladies chroniques seront l’objet des grandes batailles sanitaires de demain. La volonté d’améliorer le quotidien des personnes qui en souffrent a présidé à la création de notre Fondation, en 2004.
 

Des maladies connues… et moins connues
 

On appelle « chroniques », les maladies qui nécessitent une prise en charge sur une période de plusieurs années, voire de plusieurs décennies (définition de l’OMS). Elles affectent fortement la vie sociale, familiale, professionnelle et quotidienne de ceux qui en souffrent.

Diabète, insuffisance rénale, cancer, maladie d’Alzheimer : voici quelques exemples de maladies chroniques non transmissibles. D’autres sont moins connues mais tout aussi invalidantes : les maladies neurologiques ou dégénératives (myopathies, maladie de Parkinson), les maladies rares ou inflammatoires (mucoviscidose, polyarthrite rhumatoïde), les troubles mentaux de longue durée... Sans oublier les maladies transmissibles, qui, à l’instar du sida et de l’hépatite C, entrent désormais dans le champ de la chronicisation.
 

Cinq critères pour définir ces maladies longue durée
 

  • la présence d’une cause organique, psychologique ou cognitive ;
  • une ancienneté de plusieurs mois ; l’impact de la maladie sur la vie quotidienne ;
  • la dépendance vis-à-vis d’un médicament, d’un régime, d’une technologie médicale, d’un appareillage, d’une assistance personnelle ;
  • le besoin de soins médicaux ou paramédicaux, d’aide psychologique, d’éducation ou d’adaptation.


Un enjeu sanitaire et économique
 

En France, les maladies chroniques non transmissibles sont l’une des causes principales de décès et de handicap. Paradoxe, l’allongement de l’espérance de vie et les progrès médicaux contribuent à leur augmentation. Cet accroissement constitue un défi majeur pour notre système de santé publique et un enjeu économique important.

En 2012, 61 % des dépenses d’assurance maladie du régime général étaient affectés à la prise en charge des patients en affection de longue durée (ALD) dont les coûts de traitement sont intégralement pris en charge par l’assurance maladie. 9,5 millions de personnes au régime général étaient concernées, soit 16 % de la population couverte. Entre 2006 et 2013, les admissions en ALD ont augmenté à un rythme annuel moyen de 2,7%.

 

Vers une meilleure qualité de vie des malades chroniques

De tels constats ont conduit les instances sanitaires nationales et internationales à mettre en place des stratégies spécifiques :

  • Avec le plan maladies chroniques de l’OMS (2008 – 2013) l’organisation internationale a invité ses États-Membres à s’engager résolument dans la mise en œuvre d’une stratégie globale de lutte contre ce fléau ;
  • L’Union européenne propose une démarche globale pour lutter efficacement contre les maladies chroniques ;
  • La France a mis en place le Plan national maladies chroniques 2007-2011.
  • Dans son rapport publié en mai 2013 , le Haut conseil de la santé publique a reconnu que ce plan avait constitué une avancée importante dans la prise en charge des personnes atteintes de maladies chroniques, mais regretté son impact limité en termes d’amélioration de la qualité de vie des patients.

L’évolution de ces maladies et leurs conséquences restent largement tributaires de l'accès des patients à une prévention efficace, un dépistage précoce et une prise en charge adaptée.